Les ailes d'Ilyzaelle

Clan Rôle Play Bontarien sur Dofus, serveur Lily
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sadi-Angélique

Aller en bas 
AuteurMessage
Sadi-Angélique
Disciple d'Ilyzaelle (disparue)
Disciple d'Ilyzaelle (disparue)
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 6

Fiche de renseignements
Parti politique : Ménalt
Ordre: Oeil attentif
Niveau de spécialisation (sur une échelle de 0 à 100):
44/100  (44/100)

MessageSujet: Sadi-Angélique   Mer 7 Mar 2012 - 17:40

Avant-propos : Bonjour à tous,
Afin de donner un peu de vie à ce sous-forum, j'ai décidé de publier l'histoire originale de Sadi-Angélique, c'est à dire le personnage ayant inspiré (Notez ici l'euphémisme) les meneurs des Ailes d'Ilyzaelle. Il peut en effet être intéressant pour les plus curieux (et ceux souhaitant me faire de la lèche pour monter en grade Masqué ) de savoir pourquoi la sadida a été malgré elle indirectement mêlée à l'histoire de notre guilde.
J'espère aussi qu'a terme, d'autres personnes feront de même !

Bonne lecture !

SPWquatre



Chapitre 1 : Un silence troublé



[25 septange 636] La forêt des Abraknydes a toujours été connue pour être un endroit tranquille. Une fois que l'on était suffisamment expérimenté pour échapper aux monstres du même nom, le territoire était parfait pour s'adonner à des activités de relaxation comme la méditation.
Pour le féca qui se trouvait là, c'était justement le cas. De taille adulte, on devinait son expérience des combats par le fait qu'il avait réussi à s'aventurer jusqu'à la limite du territoire des Abraknydes sombres. Il avait même poussé le vice jusqu'à y établir sa résidence. Son activité favorite, illustrée actuellement, consistait à méditer à l'extérieur de la maison.
Cela faisait maintenant quelques semaines qu'il habitait ici et commençait vraiment à apprécier ce mode de vie. Il avait eu quelques difficultés à s'y habituer, au début.
« Je suis décidément très heureux ici. Ce silence est parfait. » pensa-il.
C'est à ce moment là qu'un énorme projectile traversa le toit de sa demeure, et le « CRAC » conventionnel qui l'accompagnait mit fin à la paix intérieure du protecteur.
Il pensa immédiatement que son adversaire l'avait retrouvé. Mais la maison n'était pas en feu, c'était donc peu probable. Cependant, le calme dont il avait fait preuve jusqu'à présent s'envola lorsqu'il pensa au trésor qu'il cachait au sous-sol. Il s'y précipita donc, toute vigilance oubliée, ne remarquant même pas que le « projectile » était encore au rez-de-chaussé. Il scruta le fond de la cave.
« Le coffre est toujours là. Bien. » se dit-il.
Il était temps de s'occuper du « problème ». Il remonta les marches et chercha l'origine du bruit et du trou dans le toit. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il découvrit... un bébé, visiblement sadida.
« Les iops ont peut-être raison. Les bébés sont livrés par des tofus. »
L'enfant venait de tomber d'une hauteur théoriquement mortelle pour son âge mais il était vivant. Bien que blessé à cause de la charpente du toit, il dormait.
Exaspéré, le féca leva les yeux au ciel et lança :

- Vous n'auriez pas la notice avec ?
Pour toute réponse, une autre parcelle du toit s'effondra à son tour, menaçant la vie du bébé. Le féca fut contraint d'utiliser un sort de protection.
« J'espère que je ne vais pas avoir à le regretter bientôt. » pensa-il après l'avoir sauvé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-ailes-dilyzaelle.forums-actifs.com
Sadi-Angélique
Disciple d'Ilyzaelle (disparue)
Disciple d'Ilyzaelle (disparue)
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 6

Fiche de renseignements
Parti politique : Ménalt
Ordre: Oeil attentif
Niveau de spécialisation (sur une échelle de 0 à 100):
44/100  (44/100)

MessageSujet: Re: Sadi-Angélique   Mer 7 Mar 2012 - 18:19

Chapitre 2 : Premières armes


[24 descendre 636]
La logique du féca qui avait reçu « un enfant du ciel » était sérieusement mise à l'épreuve. Cela faisait à peine trois mois qu'il avait recueilli un bébé qui à l'époque n'avait sans doute que quelques semaines tout au plus. Il avait maintenant affaire à une fillette de plus ou moins six ans.
«  Il faut positiver. » se disait-il. « Si elle grandit véritablement plus vite, elle pourra bientôt s'en aller d'elle même. Il ne faut pas qu'elle soit encore là si bataille il y a, vu le potentiel adversaire. »
Étant donné la tournure des événements, il comptait bientôt lui apprendre à se battre. Certes il ne souhaitait pas la garder longtemps mais il ne comptait tout de même pas la laisser partir sans lui transmettre un bagage minimum. Pour l'avoir parcouru, le protecteur savait très bien que le Monde des 12 n'avait rien de très rassurant. Surtout depuis l’évasion récente d'Uk'Not'Allag'.
Bien sur, ce n'était pas un féca mais une sadida, cependant, le principal point commun qu'ils avaient entre eux était une excellente maîtrise du bâton, faculté bien souvent innée pour les deux classes. Il se baserai là-dessus. Et pour le reste, l'improvisation reste de mise.
Tandis qu'il raisonnait, la sadida était en train de jouer un peu plus loin avec une Arakne, qui avait réussi à se faufiler à travers les Glyphes Enflammés qui étaient disposés tout autour de la maison. L'auteur de ceux-ci ne voulait prendre aucun risque avec l'enfant. Les Abraknydes ne représentaient absolument aucun danger tant que le féca restait dans les parages mais les Milimulous, étant plus rapides et discrets, constituaient une plus grande menace.
L'homme constatait que la fillette n'avait pas une couleur la cheveux caractéristique des sadidas. Les siens étaient violets. C'était là un signe distinctif qui allait peut-être lui poser problème.
Tout à coup, l'enfant, qui n'arrivait pas à attraper l'Arakne laissa échapper de minuscules ronces pour l'arrêter et finalement pouvoir s'en saisir. Les Ronces Apaisantes. Son premier sort.
« Parfait, on dirait que je vais pouvoir commencer dès maintenant. » se dit le féca.
La sadida avait appris à parler, compter et même écrire aussi rapidement qu'a grandir. Ainsi, malgré son jeune âge, son futur instructeur pouvait communiquer normalement :

- Sadi-Angélique !
Il ne s'était pas trop foulé en matière de nom. Il jugeait celui-ci provisoire, la fillette serait en droit de le changer lorsqu'elle serait plus grande. C'est à dire bientôt si elle continuait comme ça à pousser comme ça.
- Oui maître ?
Le fait qu'une petite fille appelle celui qui l'a recueillie comme tel peut paraître étrange mais c'est parce que le féca refusait de se faire appeler papa, pour rester dans une relation moins affective. Pour le moment, cela ne dérangeait pas la sadida qui de toute façon, ne pouvait connaître le mot « papa » ni sa signification, étant donné qu'ils ne recevaient aucune visite humaine. Les glyphes enflammés couplés au fait qu'ils habitaient une forêt réputée maudite y étaient sans doute pour quelque chose.
- Tu viens de lancer ton premier sort. Il est temps de débuter ton entraînement.
- Je vais devenir forte alors ?
- Tu vois le rocher là-bas ?
Le féca s'avança vers le rocher de bonne taille qu'il avait désigné puis le souleva d'une main.
- Mais aussi...
Il jeta le rocher devant lui et projeta rapidement après d'immenses rayons enflammés. Le rocher explosa en fins morceaux avant même d'avoir retouché le sol. Bien sur, le féca avait eu soin de protéger la sadida des retombées. Puis il revint s’asseoir devant elle.
- Comme tu le vois, je ne tire un trait ni sur la force physique, ni sur la maîtrise des sorts. La seconde partie sera certes, plus délicate à t'apprendre car nous ne sommes pas de la même classe mais je le prend comme un défi.
- D'accord, je veux bien m’entraîner... commença Sadi-Angélique. Si tu me dis enfin ton nom.
- Je te le donnerai le jour où tu seras capable de me vaincre.
Vu la curiosité de la sadida, il tenait une excellente motivation. Elle réagit comme prévu :
- Entraînement !
- Minute. Il y a quelque chose qu'il faut que je t'explique avant. Nous avons de la chance car il se trouve que toi et moi possédons la même arme de prédilection : le bâton.
- Ah oui, ça veut dire qu'on est les plus forts dans la même arme ?
- En gros... c'est ça. Donc il te faut un bâton pour commencer. Je vais aller en ramasser un sur les abraknydes, tu vas venir avec moi. Connaître son ennemi, ses forces, ses faiblesses, sa façon de combattre... avant même d'entamer une confrontation est un avantage certain.
- Go !
La petite était partie si vite dans la mauvaise direction que le féca fut obligé d'utiliser un sort de téléportation pour la rattraper.
- On va éviter les Abraknydes sombres pour le moment. C'est à l'opposé.
Une fois les glyphes franchis, rencontrer un Abraknyde dans la forêt du même nom n'avait rien de bien difficile. En quelques minutes, ils en aperçurent un premier.
- Bien, regarde Sadi-Angélique. Un Abraknyde, tant qu'il n'est pas sombre, ne possède généralement aucune attaque à distance. Ainsi tout ce qu'il fera tant que tu ne l'approche pas trop, c'est invoquer une Arakne.
La fillette sortit mystérieusement de son inventaire un carnet de notes et se mit à écrire tout ce que son maître lui apprenait.
- Un Abraknyde qui n'est pas sombre, excepté les plus puissants possèdent tous des faiblesses au feu et à l'air. Ce n'est pas vraiment tes éléments favoris pour le moment mais tu seras peut-être bientôt en mesure d'invoquer une Sacrifiée. De toute façon, tu peux taper avec tes ronces à distance, ils n'en sont pas insensibles. En plus tu es sadida, tenir l'ennemi loin de toi est plus facile que pour moi malgré mes téléportations. Cependant note aussi que parfois ils se reconstituent, donc le mieux reste...
Il utilisa à nouveau un sort d'Attaque Naturelle qui tua l'Abraknyde d'un coup.
- … de les éliminer directement. Ce qui te sera aisé avec un peu d'entraînement.
Il s'avança vers la carcasse fumante. Il cherchait une partie particulière.
- Et voilà.
Il arracha une branche du reste du corps.
- Le parfait Abraton. Très utile comme première arme.
Sadi-Angélique reçut ainsi son premier bâton.
- Mais voilà que j'aperçois un Champa, continua son maître. Bien, on va l'étudier, et puis il sera aussi parfait avec l'omelette de ce soir.


Dernière édition par SPWquatre le Mer 2 Mai 2012 - 8:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-ailes-dilyzaelle.forums-actifs.com
Sadi-Angélique
Disciple d'Ilyzaelle (disparue)
Disciple d'Ilyzaelle (disparue)
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 6

Fiche de renseignements
Parti politique : Ménalt
Ordre: Oeil attentif
Niveau de spécialisation (sur une échelle de 0 à 100):
44/100  (44/100)

MessageSujet: Re: Sadi-Angélique   Mer 7 Mar 2012 - 18:46

Chapitre 3 : Changement de programme !


[12 maisial 637] « Une adolescente. C'est déjà presque une adolescente. Comment est-ce possible en si peu de temps? » se demandait le maître de Sadi-Angélique.
En effet, la sadida avait encore bien grandie. Un phénomène certes avantageux pour le féca qui souhaitait la voir partir au plus vite mais il ne pouvait s'empêcher de se poser des questions. La petite en revanche, n'ayant encore jamais rencontrée quelqu'un de son âge ne s'inquiétait pas outre mesure. Et le féca ne lui en parlait pas.
Elle s'était bien sûr également améliorée sur le plan combatif, maîtrisant de nombreux nouveaux sorts.
Étrangement, elle s'était aussi depuis peu liée d'amitié avec les Abraknydes. Après tout, ils vivaient au même endroit. Et de fait son maître n'avait plus besoin de se méfier d'eux. Les Glyphes Enflammés avaient été retirés car jugés inutiles, les Abraknydes empêchant eux-mêmes les Milimulous de s'aventurer trop près de la maison des deux humains. Quant au féca, l'ennemi qu'il redoutait arriverait de toute façon par la voie des airs, les glyphes seraient donc totalement superflus, voire handicapant pour lui-même.
Ce jour-là commençait normalement. Sadi-Angélique était partie s’entraîner non loin avec les Abraknydes tandis que son maître méditait, tout en gardant un œil sur la cabane qui renfermait son précieux coffre.
Sauf que tout à coup, du haut du rocher sur lequel il était perché, le féca vit apparaître cinq Chafers en provenance du sud. Il était très inhabituel de voir des Chafers traîner leurs os dans la forêt des Abraknydes mais qui plus est, ceux-là semblaient avoir un but bien précis. Et le maître de Sadi-Angélique savait parfaitement d'où ils venaient. Il savait aussi qu'il était la principale cible des recherches.
Le groupe était composé de trois Chafers invisibles et de deux Chafers archers. Le féca avait conscience qu'il devait particulièrement se méfier des archers capables de réduire à néant la puissance de ses principales attaques et de ses sorts de protection. Ils allaient donc être des cibles prioritaires.
Il se leva et ramassa son Abraton sombre, prêt à en découdre. Ses adversaires ne l'avaient pas encore repéré. Du moins le croyait-il. Il fut soudainement touché par une Flèche d'Huile qui n'avait pas été lancé par un des deux Chafers qu'il avait en visuel. Il aperçut alors plus à l'Ouest, un autre groupe composé de deux Chafers et du Chafer archer qui lui avait tiré dessus. Naturellement, le premier groupe fut alerté par le second et le féca se trouva bien vite face aux huit Chafers. Le combat commençait mal. Il songea à se téléporter pour aller chercher Sadi-Angélique mais il ne pourrait pas ré-utiliser la téléportation immédiatement et le coffre au sous-sol serait alors à la merci de l'ennemi le temps qu'il revienne. Et puis, même après une Flèche d'Huile, il était toujours en mesure de battre huit misérables sacs d'os. Apparemment celui qui les envoyait n'était pas avec eux.
Les Chafers se décidèrent à passer à l'attaque, tandis que les archers tentaient de retoucher le féca avec des Flèches d'Huile. Étrangement, deux Chafers invisibles ne bougeaient pas. Ce n'était pas le cas du troisième qui utilisa son sort d'Invisibilité. Le féca posa un Glyphe Enflammé au dernier endroit où celui-ci était resté visible. Une colonne de flammes s'éleva alors à quelques dizaines de centimètres où se trouvait le Chafer invisible auparavant. Elle consuma entièrement le squelette toujours invisible et ses restes calcinés ré-apparurent une fois qu'il rendit l'âme. Un de moins.
La mort des deux Chafers « normaux » fut plus rapide. Le féca se servit de son bâton pour décapiter le premier et envoyer sa tête sur le deuxième qui tomba à la renverse dans le glyphe précédemment posé. Ce problème réglé, le féca se téléporta derrière les Chafers archers qui avaient eu la brillante idée de rester côte-à-côte, notamment les deux qui étaient auparavant dans le même groupe. Il posa rapidement son bâton pour s'amuser un peu et attrapa la tête des deux Chafers archers avec ses mains. Le troisième tenta une Flèche de Feu et le féca se protégea avec un des corps qu'il tenait dans les mains qui expira. Il jeta son cadavre sur l'archer toujours libre de mouvement tandis qu'il se mit à faire tournoyer dans les airs par la capuche celui qui commençait à se débattre dans ses mains. Puis dès que l'archer en face parvint à se débarrasser du corps que le féca lui avait jeté, il projeta le second sur lui. Avec la vitesse, les deux furent assommés sur le coup. Il attrapa le tout rapidement et le jeta dans le glyphe.
Il fit volte-face. Les Chafers invisibles s'étaient enfuis. Ils n'étaient pas simplement encore présents sous Invisibilité car aucun bruit ne venait perturber celui de la forêt. Le féca avait commis une grosse erreur en les perdant de vue. Maintenant, « il » allait connaître sa position, sitôt que les Chafers seraient rentrés.
C'est alors que Sadi-Angélique revint en traînant l'un des Chafers assommé derrière elle.

- Dîtes maître, c'est à vous ça ? Habituellement on ne trouve pas de Chafer ici. Celui-ci courait sans regarder devant lui et est allé s'aplatir contre le bois d'un de mes copains.
- Non pas vraiment, ce n'est pas le type de créature que je peux invoquer, tu le sais bien. Tu n'aurais pas... « intercepté » un second type comme lui ?
- Non
- Alors il va falloir que l'on parle. Mais avant jette celui-là dans le glyphe.
Elle s'exécuta, puis ils rentrèrent à l'intérieur de la maison. Une fois assis autour de la modeste table, le féca commença à parler :
- Tu vas partir.
- Pardon ?
- Je ne me suis pas installé ici par hasard, je cherchais à me cacher de quelqu'un. Les Chafers qui viennent de m'attaquer étaient sous ses ordres et l'un d'eux s'est enfui. Nul doute qu'il va révéler ma position à son maître. Moi je ne peux pas partir d'ici. Mais toi qui n'a rien à voir là-dedans, tu peux. Tu vas pouvoir partir à la recherche de ta vraie famille.
- Le problème, c'est que ma connaissance du monde se limite à cette forêt, répondit la sadida.
Son maître se leva et fouilla dans une des sacoches accrochées au mur. Il finit par prendre une carte en peau de Sanglier des plaines.

- Voici une carte du monde des Douze datant de 636. Je n'en ai plus besoin.
- Euh... merci. Alors... c'est sérieux ? Mais où vais-je aller ?
- Ici.
Il pointa du doigt le lac de Cania sur la carte.
- Mais pourquoi ?
- Un homme qui se fait appeler le maître des clefs y habite. Si tu vas le voir, il aura du travail pour toi. Et je peux te garantir que ça va te faire voyager et que cela va être bénéfique pour ton entraînement. Et voyager, c'est exactement ce qu'il te faut pour retrouver ta famille.
Pensive, Sadi-Angélique ne répondit pas. Son maître continua :
- Je te tracerai un itinéraire sur ta carte en fonction de tes résultats au test de demain.
- Au test de demain ?
- Oui je ne vais tout de même pas te laisser partir sans avoir fait le bilan. Tu vas combattre face à moi, ce qui va me permettre d'évaluer ton niveau et donc de te tracer un parcours adéquat.
- C'est compris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-ailes-dilyzaelle.forums-actifs.com
Sadi-Angélique
Disciple d'Ilyzaelle (disparue)
Disciple d'Ilyzaelle (disparue)
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 6

Fiche de renseignements
Parti politique : Ménalt
Ordre: Oeil attentif
Niveau de spécialisation (sur une échelle de 0 à 100):
44/100  (44/100)

MessageSujet: Re: Sadi-Angélique   Mer 7 Mar 2012 - 19:13

Chapitre 4 : L'élève face au maître


[13 maisial 637]
Lorsque son maître se réveilla, Sadi-Angélique était visiblement déjà levée et ne se trouvait pas dans la maison. Le féca aurait pu soupçonner qu'elle soit déjà partie pour le lac pour éviter d'avoir à affronter un adversaire plus fort qu'elle mais il vit que la carte était toujours sur la table, avec l'inventaire que la sadida avait préparée.
Il regarda dehors, peut-être s'échauffait-elle. Ce n'était pas le cas. En attendant son retour, il en profita pour manger un peu. Elle revint finalement, chargée de plusieurs éléments de la panoplie Abraknyde.

- Ne me dis pas que tu as réussie à obtenir ça toute seule en si peu de temps ?
- Non pas du tout, ce sont mes amis Abraknydes qui m'en ont fait cadeau. J'étais allé dire au revoir. Mais bon, je ne compte pas m'en servir contre vous, je ne veux pas l’abîmer tout de suite.
- Choix judicieux, lança son maître avec amusement. Et si nous commencions ?
- J'ai hâte de l'emporter.
- Et moi de remettre la jeunesse à sa place.
Ils sortirent, munis tout deux de leurs Abratons. Ils s'éloignèrent un peu de la maison et se disposèrent face à face, à quelques mètres de distance.
- Je te laisse commencer, annonça le féca.
Sadi-Angélique ne se fit pas prier. Elle envoya tout d'abord quelques Ronces que son maître esquiva sans difficulté car elles mettaient encore du temps à sortir. Elle utilisa ensuite des Ronces Multiples pour qu'il n'en ait pas le temps. C'était surtout pour le forcer à utiliser son Armure Terrestre, ce qu'il ne fit pas, se contentant de sauter. Il est vrai que les ronces peuvent s'élever jusqu'à plusieurs mètres mais Sadi-Angélique n'avait pas encore assez d'expérience pour modifier la trajectoire de l'une d'entre elles après l'avoir lancée.
Son maître, en sautant en l'air, songea à contre-attaquer. Il retomba en direction de son élève et se prépara à attaquer avec son Abraton sombre. Bien que surprise, Sadi-Angélique parvint à se décaler à temps tout en lançant des Ronces Apaisantes à l'endroit où son maître était censé retomber. Ne pouvant se mouvoir dans les airs, c'était une façon de le contraindre cette fois à utiliser sa Téléportation si il ne voulait pas subir l'attaque. Celui-ci n'en fit rien et se retrouva donc temporairement immobilisé. Sadi-Angélique en profita pour souffler un peu et le quitta des yeux un bref instant. Grave erreur : lorsque celle-ci fixa de nouveau l'endroit où son maître était censé être bloqué, il n'y avait plus que les ronces.

- Bouh.
Il était juste derrière. Il avait choisi d'utiliser Téléportation après avoir encaissé l'attaque pour que sa disciple ne se méfie pas. Le pari était réussi. Un coup de bâton par derrière risquait de lui faire pas mal de dégâts et même si il pouvait le placer, le féca décida de s'en tenir à un sort de Bulle qui, vu la distance, n'était quand même pas indolore. Sadi-Angélique invoqua une Bloqueuse et en profita pour aller se cacher derrière un arbre. Son maître savait lequel car une simple Bloqueuse n'était pas suffisante pour qu'il quitte sa cible des yeux cependant il fit semblant de ne pas l'avoir repérée pour voir sa contre-attaque après s'être débarrassé de la Bloqueuse.
Sadi-Angélique profita de cet instant de répit pour réfléchir à la contre-attaque en question.
« Bon sang, je suis sûr qu'il s'est retenu et pourtant, son sort m'a fait vachement mal ! »
Il fallait innover. Son maître connaissait très bien les sadidas, comme le reste d'ailleurs, il fallait donc agir d'une manière différente, imprévisible.
« Que puis-je faire ? Par rapport aux autres sadidas, quel avantage ai-je ? J'ai des Abraknydes comme amis. Et que m'ont-ils appris que le maître ignore ? ».
Elle avait trouvée. Il y avait bien une chose mais c'était risqué et pas forcement efficace. Sadi-Angélique dit quelque chose à voix basse.
Pendant ce temps là, le féca fit mine de charger un sort de bulle pour lui donner plus de puissance. Il vit tout à coup quelque chose surgir de la cachette de sa disciple, quelque chose qu'il dégomma avec le sort de bulle précédemment préparé. Mais ce n'était qu'une simple pierre. Sadi-Angélique en profita pour changer de cachette et se placer derrière un autre arbre, plus à droite pour son maître. Cette fois-ci, le féca ne l'avait réellement pas vue. Au bout d'un moment, lassé, il alla voir ce qu'elle attendait en contournant l'arbre par la droite. À la place de là où aurait dû, selon lui, se trouver Sadi-Angélique, il n'y avait qu'une Arakne. Et comme sa disciple n'était pas dans son champ de vision, il en déduit qu'elle se trouvait derrière. Effectivement, Sadi-Angélique arrivait dans son dos et s'apprêtait à lui faire cadeau d'un coup d'Abraton, qu'il esquiva malgré l'effet de surprise. Il fit volte-face.

- Pas mal mais encore un peu trop prévisible.
- Oh, je devrais vite me rattraper, répondit-elle.
En effet, l'Arakne frappa alors le féca par derrière. Habituellement inoffensive, il n'avait pas jugé bon de s'en méfier. Cette décision aurait pu être bonne, si il ne s'agissait pas de l'invocation de sa disciple.

- Enfin ! s'exclama Sadi-Angélique.
Elle retenta un coup de bâton mais son maître le bloqua avec le sien. Cependant l'Arakne était toujours là et continuait de lui infliger des coups par derrière, certes faibles mais non négligeables à la longue, surtout qu'elle empêchait le féca de se concentrer pleinement sur sa disciple.

- Et si on en finissait ? proposa son maître en lançant un sort.
- Étonnez-...moi.
Sadi-Angélique semblait avoir quelques problèmes pour parler. C'était sans doute lié au Glyphe de Silence que son maître venait de poser sous ses pieds.
- Glyphe d'Immobilisation !
Cette fois-ci, le féca et l'Arakne étaient également pris dedans.
- Et...maintenant ? demanda Sadi-Angélique.
- Ça.
Et il se téléporta hors de portée des glyphes.
- M...
Elle ne pouvait même plus terminer.
- Tu ne peux plus bouger, ni attaquer. J'ai gagné. Et puis surtout ça m'évite d'avoir à t'infliger plus de dégâts. C'est que tu vas avoir de la route à faire.
Il désactiva les glyphes. Son élève rappela l'Arakne.
- Je dois bien admettre que j'ignorais que tu maîtrisais cette invocation.
Son élève fit un grand sourire.
- Bon ! J'ai pu évaluer tes progrès, tu vas pouvoir partir dès demain.
- J'ai une question.
- Je t'écoute.
- Vous m'avez bien dit que j'étais arrivé par le toit n'est ce pas ? À partir de là, vous n'avez pas pu savoir d'où j'étais venue ?
- Tu commences à raisonner comme une grande, c'est bien. Pour te répondre, malheureusement non, j'aurais peut-être pu grâce à la position du trou que tu as fais et de celle que tu occupais à l'arrivée, mais une grande partie du toit s'est également écoulée peu après. Je n'ai pas eu le temps de faire attention. Tu vas devoir te débrouiller.
- Et au sujet de mon... étonnante résistance lors de la chute?
Le féca replongea un instant dans les pensées qu'il avait eu bien des mois auparavant. Lorsqu'il avait trouvé le bébé, celui-ci était effectivement quasiment intact. Et tout ce qu'il avait remarqué, c'est qu'il était légèrement mouillée. Peut-être...
- Je n’exclus pas l'hypothèse d'un sort d'Immunité de très haut niveau, répondit-il enfin. Ce serai un peu complexe à expliquer pour toi. Ne te retourne pas vers le passé, il faut que tu regardes l'avenir. Il t'apportera plus de réponse si tu retrouves ta vraie famille
- Je comprend.
Elle sauta sur un rocher et pointa du doigt... rien. Mais pour elle, cela signifiait l'inconnu.
- Monde des Douze, me voilà !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-ailes-dilyzaelle.forums-actifs.com
Sadi-Angélique
Disciple d'Ilyzaelle (disparue)
Disciple d'Ilyzaelle (disparue)
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 6

Fiche de renseignements
Parti politique : Ménalt
Ordre: Oeil attentif
Niveau de spécialisation (sur une échelle de 0 à 100):
44/100  (44/100)

MessageSujet: Re: Sadi-Angélique   Mer 2 Mai 2012 - 15:12

Chapitre 5 : Jour de chance


[14 maisial 637]
Forêt des Abraknydes, à l'aube :
- Alors, tu vas commencer par te rendre à la plaine des Porkass. Puis tu feras un détour par Astrub.
- Vraiment ? Pourquoi ?
- Là-bas se trouve un homme du nom de Metag Robill. C'est un grand type avec un casque à pointes. Il veut que tu combattes quelques monstres pour prouver ta valeur avant de t'envoyer trouver le maître des clefs. Si tu te rendais chez ce dernier directement, il n'accepterait pas de te donner la quête.
- Quels sont ces monstres ?
- Des Porkass. Tu dois vaincre deux bergers et un cavalier. N'oublie pas de récolter des preuves de ta victoire pour Metag. Normalement y a aussi des Abraknydes mais je suppose que tu refusera. Donc au passage, si tu croises tes amis, demande-leur de te donner une racine ou un bourgeon de deux Abraknydes différents.
- Compris.
- Ensuite, direction le lac de Cania. Mais avant, tu peux commencer sa quête tout de suite. En premier, il va te demander d'affronter un Tournesol affamé. Ceux-ci se trouvent sur la route entre Astrub et la demeure du maître des clefs. Toujours du moment que tu rapportes des preuves, cela devrait aller. Ainsi tu économisera du temps de trajet. Il va te renvoyer dans le sud mais tu pourra rejoindre directement le zaap d'Astrub avec ceci.
Il sortit de la même sacoche où il avait prit la carte auparavant, quelques potions de rappel.
- Voilà, poursuivit le féca. Des potions de rappel pour retourner au dernier zaap utilisé.
- Bien reçu. Merci, répondit son élève en rangeant les potions dans son inventaire.
- Je crois que tout est dit, tu vas pouvoir y aller. Tu peux atteindre les plaines des Porkass en moins de deux heures et Astrub avant la nuit, si tu ne te perds pas.
- Je... et bien, au revoir.
- Tu n'as pas oubliée ta bourse ?
Le féca lui avait en effet fait gracieusement don d'une belle bourse de kamas. Il n'en avait pas utilité ici de toute façon.
- Non.
- Alors vas-y, et reviens ici uniquement si tu n'as pas trouvé ta famille après avoir terminé le tour du monde.
- Oui. Et merci pour tout.
Elle sorti de la maison et se mit en route vers le nord.
« Revenir ici ? Suis-je fou ? » se dit le féca en la regardant s'éloigner.


Le voyage commençait bien pour Sadi-Angélique. Elle avait croisée des connaissances Abraknydes qui lui avaient remit deux racines de leurs plein gré. Elle n'avait donc plus qu'a s'occuper des trois Porkass.
La plaine des Porkass n'était plus très loin. Elle avait quitté la forêt et se trouvait maintenant, d'après la carte, dans la prairie des Blops. Comme le nom du lieu l'indiquait, l'endroit regorgeait de Blop. Mais Sadi-Angélique n'avait pas à s’inquiéter, elle effrayait les Blops avec son Abrakaska. Elle avait aussi gardé son carnet et se mit à noter et dessiner tout ce qu'elle observait à propos de la faune et de la flore locale.
Elle parvint jusqu'à la plaine des Porkass. Elle commença immédiatement à chercher vers l'est, pour ne pas trop s'éloigner d'Astrub.
Comme pour la zone précédente, rencontrer des Porkass dans la plaine du même nom n'avait rien d'un exploit. Elle tomba rapidement sur deux bergers. Étant sadida, elle était avantagée sur ses adversaires qui ne tapaient qu'au corps à corps car elle pouvait facilement les tenir à distance. Elle failli cependant se faire embrocher, les deux bergers s'entraidant mutuellement grâce à leur sort de Koudanlulk. Une fois les deux monstres mis hors combat, elle ramassa leurs tridents comme preuve.
Elle repéra un cavalier juste après. Ou plutôt, un cavalier la repéra, après avoir été alerté par le bruit émit par ses congénères au sol. Il fit demi-tour, sans doute pour aller chercher du renfort, mais Sadi-Angélique lança une Ronce pour faire trébucher sa monture qui stoppa net, éjectant le cavalier quelques mètres plus loin. Celui-ci fut assommé sur le coup. La sadida ramassa son arme.
« Et voilà. Direction Astrub ».
Elle mit rapidement les bouts, avant que d'autres Porkass ne rappliquent.
À l'est de la plaine des Porkass se trouvait la forêt d'Astrub qui permettait ensuite d'atteindre la ville. Cependant Sadi-Angélique mit le cap vers le sud car la carte y notait un puits et elle souhaitait se rincer un peu avant d'entrer dans la cité. Il faut dire qu'elle venait de marcher presque quatre heures. Et puis, comme ça, elle restait un moment à la lisière de la forêt. Sa forêt.
Elle fit donc une pause au point d'eau.
C'est alors qu'une jeune pandawa, avec un joli bandeau à fleurs, mais surtout une hache en main, apparut. Elle semblait se diriger vers... la forêt des Abraknydes ! Sadi-Angélique élabora rapidement un lien entre son arme et sa direction. Toutefois ce n'est pas pour les Abraknydes qu'elle s’inquiétait.

- Hé, toi !
La fille, qui semblait plus grande qu'elle, fit volte face.
- Euh... oui, un problème ?
- Tu ne serai pas bûcheron ?
- Exact, pourquoi ?
- Mon maître m'a dit qu'il n'y avait aucun arbre à couper là-bas. À part les Abraknydes...
- Ah non, je n'ai pas la hache adéquate. Et bien, merci de m'avoir prévenue, je débute dans le métier donc je l'ignorais.
- Tiens regarde, j'ai une carte. Et il est clairement indiqué dessus qu'il n'y a que le bois d'Astrub d'exploitable dans les alentours.
La pandawa s'approcha et observa la carte. C'est alors qu'elle vit l'itinéraire tracé par Sadi-Angélique.
- Je... tu voyages ?
- Oui, j’entreprends de faire le tour du monde.
- Vraiment ? Toute seule, à ton âge ?
- Je n'ai pas le choix, je dois retrouver mes parents.
- … C'est étrange ton histoire. Mais à part ça j'aimerai venir avec toi
- Pardon ?
- Bah oui, t'accompagner quoi !
- Je ne comprend pas, pourquoi est-ce que tu... ?
- Je... j'ai mes raisons, je t'expliquerai.
Sadi-Angélique dut réfléchir. À vrai dire, elle n'avait pas envisagée que quelqu'un se propose de l'accompagner.
La fille en question était plus grande qu'elle, mais pas trop non plus. Elle savait que c'était une pandawa, son maître lui avait appris à reconnaître les différentes classes. C'était aussi la première fille qu'elle rencontrait de sa vie. Elle lui semblait sympathique.

- C'est d'accord, déclara finalement la sadida.
- C'est génial ça. À propos, je m’appelle Ar... Adèle Scott.
- Sadi-Angélique.
- Il fera bientôt nuit. Allons donc réserver une chambre à la taverne d'Astrub et tu pourra me raconter plus précisément cette histoire de voyage.
- D'accord, merci.
Guidée par Adèle, Sadi-Angélique n'eut naturellement aucun mal à trouver la taverne. Ce qui était heureux car elle avait été complètement désorientée suite à son entrée dans Astrub. Il faut dire que la ville n'avait rien à voir avec sa petite forêt au silence parfait. Il y avait beaucoup de jeunes qui jouaient à se battre en braillant inutilement fort.
La nuit tombait lorsqu'elles arrivèrent enfin à la taverne. Mais au moment d'entrer, Sadi-Angélique s'arrêta.

- Un souci ? demanda sa nouvelle amie.
La sadida ne répondit pas tout de suite. Elle venait de remarquer un homme un peu plus loin, qui semblait également s'apprêter à rentrer dans l'auberge par l'autre façade.
«  Il correspond au signalement de mon maître ».

- Attends, dit-elle à Adèle. Je dois parler à cet homme.
Elle courut alors vers lui avant qu'il ne rentre dans la taverne.
- Excusez-moi, Metag Robill ?
Le guerrier se retourna :
- Oui ?
- Je suis venu pour la quête du tour du monde.
Une lueur d’intérêt se dessina soudain sur le visage de Metag.
- Bien, très bien... entre donc avec moi et allons nous asseoir à une table.
Sadi-Angélique fit signe à Adèle de les rejoindre et les trois personnes s'assirent à une table. La taverne était relativement petite mais cela renforçait son ambiance chaleureuse.
Le barman s'approcha quelques instants après :

- Vous désirez ?
- Comme d'hab Tek, une bière, répondit Metag.
- Du lailait pour ma part, dit Adèle.
- Euh... ben, de l'eau pour moi, répondit Sad-Angélique.
Ils furent servis et Metag bu une gorgée, c'est à dire la moitié de la chope. Puis il repris après un rôt non-dissimulé :
- Bon, tu connais déjà le principe de la quête ?
- Oui.
- Je dois donc t'envoyer abattre quelques créatures avant de te donner une lettre de recommandation pour le maître des clefs.
Tandis qu'il parlait, Sadi-Angélique en avait profité pour sortir de son inventaire toutes les preuves nécessaires. Elle attendit que le guerrier y prête attention.
- … Je vois que tu es très bien informée. Bon, je vais chercher ma recommandation dans ma chambre.
Il s’exécuta et monta à l'étage de la taverne, qui donnait sur les chambres. Adèle en profita pour assouvir sa curiosité :
- Ça a l'air sérieux tout ça. Tu ne veux pas tout me raconter maintenant ?
- Je doute en avoir le temps, répondit-elle d'une voix douce.
En effet, Metag ne mit pas plus de deux minutes pour faire l'aller-retour. Il déposa un parchemin devant Sadi-Angélique, signé de sa main.

- Merci bien.
- Tu sais déjà où habite le maître des clefs ?
- Oui.
- Tu sais aussi que tu peux commencer à affronter deux monstres de la quête sur le chemin ?
- Deux ? Je ne suis au courant que pour le Tournesol affamé.
- Ta source n'est pas à jour. Le roi des Bouftous a déménagé à Tainela depuis.
- C'est noté.
- Il ne me reste plus qu'a vous souhaiter bonne chance, car j'imagine que cette fille va t'accompagner. Et heureusement d'ailleurs, tu es trop jeune pour réussir toute seule.
- Merci du conseil, déclara Sadi-Angélique.



- …
Il faisait déjà nuit noire. Dans la chambre, Sadi-Angélique avait terminée de raconter son court passé déjà bien rempli à Adèle Scott.
- Et donc, me voilà, conclu très sagement la sadida.
- C'est pas banal ça ! Surtout ton arrivée « par les airs ».
- En effet, et en voyageant, je trouverai peut-être la réponse.
- C'est gentil de m'avoir tout expliqué.
- Pas de quoi. Et toi alors, pourquoi voulais-tu m'accompagner ?
Adèle Scott réfléchit un moment.
- Ben en fait... je suis originaire d'Akwadala mais mes parents ont déménagé ici récemment. Et maintenant, ils prévoient de retourner sur l'île de nos ancêtres. Je ne veux pas partir avec eux. J'ai découvert de nouveaux métiers et je veux voyager. Ce serai dommage de retourner sur cette île minuscule après s'être rendu sur le continent.
- Ce ne serai pas une...
- Une fugue. Je sais mais j'espère qu'ils me le pardonneront un jour.
- Je crois que... ce n'est pas à moi d'en juger ni même de m'en mêler... de toute façon.
- … Merci.
Elles marquèrent une pause.
- Mais au fait, tu sais quand ton « maître » t'a trouvé ? Tu es née quand ? repris Adèle.
- Non. Mais ça me semble être il y a très longtemps.
- Oh... naturellement, si tu étais bébé à l'époque...
- Je suggère que nous dormions. Nous risquons de combattre dès demain.
- Les Tournesols affamés ? On en trouve parfois dans les champs d'Astrub. Je suis aussi paysan et il se trouve que je connais bien l'endroit.
- Super ! C'est mon jour de chance !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-ailes-dilyzaelle.forums-actifs.com
Sadi-Angélique
Disciple d'Ilyzaelle (disparue)
Disciple d'Ilyzaelle (disparue)
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 6

Fiche de renseignements
Parti politique : Ménalt
Ordre: Oeil attentif
Niveau de spécialisation (sur une échelle de 0 à 100):
44/100  (44/100)

MessageSujet: Re: Sadi-Angélique   Mer 2 Mai 2012 - 15:56

Chapitre 6 : Belle des champs


[15 maisial 637] De bon matin, après avoir fait un saut à la banque pour que Sadi-Angélique dépose l'argent reçu de son maître, les deux jeunes filles s'étaient rendues dans les champs d'Astrub, avec la ferme intention de trouver et combattre un Tournesol affamé. Après plus d'une heure de recherches, elles n'étaient arrivées au résultat escompté.
- Ce n'est pas grave, avait déclaré Adèle. On va aller voir du coté de la ferme des Ingalsse. On a de bonnes chances de trouver des Tournesols affamés là-bas car la grange contient le meilleur blé de la région.
Elles s'y rendirent donc. À peine arrivées, Sadi-Angélique aperçu quelqu'un. Adèle lui révéla qu'il s'agissait d'un des propriétaires des lieux : Mawy Ingalsse.
- Excusez-moi mais... avez-vous aperçus des Tournesols affamés dernièrement ? demanda Adèle.
- Des Tournesols affamés ? répondit Mawy. Oui naturellement, l'hiver est passé, et comme chaque année ils sont de retour.
- Bonne nouvelle, confirma Sadi-Angélique. Et est-ce qu'on pourrait aller les voir dans votre grange ?
Mawy Ingalsse ne répondit pas tout de suite.
- En fait, ils ne sont pas dans la grange cette année, j'ai enfin retrouvée la clef que j'avais égaré dans les champs donc elle est fermée. Malheureusement, ils infestent nos cultures privées à l'arrière. D'ailleurs, j'offre une récompense à celui qui parviendra à trouver une solution au problème.
Adèle se tourna vers Sadi-Angélique. Celle-ci confirma sa pensée d'un regard.
- On s'en occupe.

...
Sadi-Angélique et Adèle Scott s'étaient cachées derrière un champs d'orge le temps de trouver un plan. Pour plus de discrétion, la sadida avait ôté son Abracaska.
- S'en occuper d'accord, mais comment ? se demandait Sadi-Angélique.
- Oui... On devrait quand même pouvoir s'en sortir. C'est vrai quoi, tu es une sadida....
- Dans l'immédiat oui mais il nous faut trouver une solution qui dure.
- Bon, on a le temps d'y réfléchir. Il faut trouver comment se débarrasser des monstres qui sont déjà là.
Le champs privé n'était pas immense mais les deux jeunes filles avaient déjà aperçu deux Tournesols affamés.
- Le plus difficile, c'est de réussir à les avoir sans toucher aux futures récoltes...
- Oui. Procédons par élimination, tu ne peux pas utiliser tes poupées déjà.
- Ah, pourquoi ?
- Tu vas voir. Invoque en une et dis-lui d'aller voir le Tournesol affamé là-bas.
La sadida s’exécuta et invoqua une Folle. Lorsque celle-ci s'approcha suffisamment près du Tournesol, elle se fit tout simplement...gober.
- Ah.
- Ils se régénèrent quand ils mangent un ennemi. Donc à éviter. Qu'est-ce qu'on à d'autre ? demanda Adèle.
- Ben... se dit Sadi-Angélique. Je peux lancer un tremblement pour les éloigner de la zone de récolte, c'est sans danger pour les céréales.
- Voilà un bon point de départ, félicita son amie. Tiens, tu vois le coin là-bas ?
- Oui.
- Avec les arbres qui l'entourent, nous tenons un excellent cul-de-sac. Essaye de diriger les monstres là-bas avec tes tremblements, puis j'enverrai une immense Vague à Lame.
- Tu peux faire ça ?
- Je viens d'Akwadala... c'est élémentaire pour nous de savoir faire ça, même sans eau à proximité.
- Je comprends. Faisons ça alors.
Sadi-Angélique sortit de sa cachette et se mit à avancer prudemment vers le bord du champs, pour ne pas se faire repérer par les Tournesols, qu'elle dénombrait au moins au nombre de cinq maintenant. Elle croisa une Larve verte sur son chemin mais une Ronce suffit pour l'empêcher de nuire. Le sort avait peut-être alerté un ou deux Tournesols mais ils étaient bien trop lents et trop loin pour la mettre déjà en danger.
- Tremblement.
Ce fut long mais le sort eu l'effet escompté, les Tournesols, sentant le sol trembler se dirigeaient petit à petit dans la direction opposée pour ne plus ressentir de désagréables vibrations, tout en continuant de se goinfrer de céréales. Après s'être déplacée et avoir répétée plus de huit fois l'opération, Sadi-Angélique avait réussi à attirer tous les monstres dans l'impasse, qu'Adèle avait entre-temps remplie de blé pour qu'ils y restent. Au final, Sadi-Angélique dénombrait pas moins de sept Tournesols affamés, sans compter la vingtaine de Tournesols sauvages, les Roses, les Pissenlits et les Larves en tout genre.
- Vague à Lame !
Il était heureux qu'Adèle soit originaire d'Akwadala, car il est extrêmement difficile de réaliser une telle attaque sans point d'eau à proximité pour un pandawa. Elle avait crachée le liquide nécessaire et la Vague, parfaitement contrôlée, fut dirigée sur le rassemblement de monstres.
Ceux-ci furent rapidement noyés, sans pouvoir rien faire, étant trop lents pour avoir le temps de s'enfuir après avoir remarqué l'ombre menaçante de la vague sur eux. Les Larves furent noyés par le fond et les petits Tournesols et autres allèrent s'écraser contre les arbres derrière eux qui servaient en quelque sorte de barrière naturelle face à la vague. Les Tournesols affamés, plus gros et surtout plus lourd, ne furent pour la plupart pas emportés, seul un des plus jeunes quitta un instant le sol pour aller heurter l'un de ses confrères. Sadi-Angélique vint donc à bout des cinq restants à l'aide de Ronces Multiples bien placées.

- Et voilà.
- Joli coup ! lança Sadi-Angélique.
- Merci. Bon, maintenant il faut réfléchir à un moyen d'empêcher les plantes de revenir.
- Je pourrai créer une poupée gardienne.
- Une quoi ?
- Certains sadidas font ça lorsqu'ils veulent protéger la nature.
- Tout juste, s’exclama une voix derrière elles.
C'était Mawy Inglasse qui avait été alerté par le bruit de la vague d'Adèle. Elle continua :

- Mais cette pratique requiert une pierre précieuse.
- Ah... se lamenta Sadi-Angélique. Nous n'en avons pas.
- Ce n'est pas grave, répondit Mawy. Chez les Ingalsse, l'argent ne manque pas. Je vais faire un saut à l'hôtel de vente d'Astrub.
Elle se retira donc.
- Bon, c'est déjà ça. Mais ma poupée gardienne ne suffira pas, assura Sadi-Angélique.
- Tu pourrais créer un mur de ronces tout autour du champs, proposa Adèle. Jamais les Tournesols affamés n'arriveront à passer. Et nous pourrions par la suite creuser un fossé devant, que je remplierai d'eau grâce à mon attaque, pour empêcher les plus petits monstres qui se faufilent à travers les ronces de passer comme les Larves. Et ta poupée gardienne surveillera le tout et entretiendra les ronces.
- En voilà une excellente idée !
- Toutefois... prévint la Pandawa. Il nous faut encore trouver un moyen pour que Mawy puisse passer. Tout passage facile que nous laisserons sera un point faible face aux créatures des champs. Pourtant il doit l'être pour Mawy, quand il lui faudra transporter les récoltes dans la grange.
- ...
- On peut construire un pont en bois qui sera gardé par ta poupée ! Enfin... elle peut faire ça ?
- Toute seule ? J'ai bien peur que non.
Adèle se mit à faire les cent pas. C'est alors qu'elle aperçu, au milieu des cadavres de Tournesols affamés, une vieille faux.
- Hé, viens voir ça un peu.
Les filles s'approchèrent.
- Une faux. Qu'est-ce qu'elle fait là ? demanda Sadi-Angélique.
- Peut-être qu'un Tournesol l'avait avalée par mégarde.
Sadi-Angélique frissonna en imaginant la scène.
- Si ma poupée avait cette faux, peut-être que...
- Bon, nous essayerons. Le temps de creuser le fossé, la journée sera bien entamée... nous dormirons ici cette nuit et nous verrons si demain, la poupée s'en est sortie.
- Ok !
- Ramassons un des pétales d'un Tournesol affamé au passage.
- Pourquoi ?
- Pour prouver notre victoire au maître des clefs. Certains paysans disent qu'un pétale de Tournesol affamé, contrairement à un Tournesol normal, est magique. Le maître pourra peut-être faire la différence. Après tout, c'est une quête un peu connue et d'autres y sont passés avant nous, il doit avoir l'habitude.
- Bien compris.
Comme convenu, les filles passèrent le reste de la journée à mettre en place tout ce qu'elle avaient imaginé. Étant bûcheronne, Adèle Scott n'eut aucun mal à abattre quelques arbres pour confectionner un pont solide. Pour le fossé, ce fut plus délicat mais à force d'acharnement, il fut creusé en un peu moins de trois heures et Adèle l'avait rempli d'eau par la suite.
Bien sûr entre temps, Mawy était revenue avec une émeraude et Sadi-Angélique s'était occupée du rituel. Une petite poupée semblable à celles généralement invoquées par les fameuses Surpuissantes, était désormais gardienne de ces lieux.
La nuit tombait déjà.

- Nous allons passer la nuit dans vos champs, révéla Adèle à Mawy. Histoire de voir si la poupée s'en sort correctement.
- Vous ne voulez pas dormir à l'intérieur ? Il y a largement de la place pour trois, j'ai une grande famille.
- Ça ira, je vous remercie, déclara Adèle. Mais autant nous habituer dès maintenant à dormir à la belle étoile. Nous voyageons.
- Je comprends. N'hésitez pas à m'appelez si il vous faut quoique ce soit.


[16 maisial 637] Le lendemain, Sadi-Angélique et Adèle purent s'en rendre compte elles-mêmes : la poupée assurait. Armée de sa faux, elle avait déjà fait le ménage. Un Tournesol affamé qui avait essayé de s'introduire dans les champs par le pont se trouvait désormais dans l'eau du fossé, le corps coupé en deux. Les Larves se noyaient elles-mêmes en essayant de traverser et le reste des créatures se piquaient sur les ronces et de fait dégringolaient carrément la pente dans le sens inverse. Les plus stupides répétaient l'opération jusqu'à leur mort.
Elles avaient réussi. Le champs était désormais durablement protégé et bien sûr, Sadi-Angélique avait battu un Tournesol affamé.

- Beau travail, avait déclaré Mawy en sortant les voir. Vous méritez de loin votre récompense. Une cape de Farle !
Elle sortit l'objet de son inventaire. Adèle questionna Sadi-Angélique du regard.
- C'est bon, tu peux la garder. Moi, j'ai mon Abracapa.
Adèle Scott ne se fit pas prier. La cape lui allait vraiment à ravir. Elle l'enfila immédiatement.
- Une vraie belle des champs, constata Mawy Ingalsse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-ailes-dilyzaelle.forums-actifs.com
Sadi-Angélique
Disciple d'Ilyzaelle (disparue)
Disciple d'Ilyzaelle (disparue)
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 6

Fiche de renseignements
Parti politique : Ménalt
Ordre: Oeil attentif
Niveau de spécialisation (sur une échelle de 0 à 100):
44/100  (44/100)

MessageSujet: Re: Sadi-Angélique   Mer 2 Mai 2012 - 16:27

Chapitre 7 : Pourquoi tant de laine ?


[16 maisal 637] Sadi-Angélique et Adèle Scott avaient dit au revoir à Mawy, puis s'étaient dirigées vers le seul point d'accès vers Tainéla, selon la carte. Après avoir grimpé une bonne trentaine de marches, Sadi-Angélique se retrouvait déjà confronté à sa première difficulté :
- Comment ça, l'accès à la zone est interdite ? demanda Adèle Scott.
Pour accéder à Tainéla en effet, il fallait emprunter un modeste pont qui se résumait en fait à deux énormes planches, se rejoignant sur un immense rocher au centre. Toutefois, une petite infrastructure avait également été construite au milieu du chemin. Et actuellement, celle-ci était infranchissable. Un immense aigle blanc en avait condamné l'accès par une barrière et se trouvait derrière.

- Circulez Mademoiselle, répéta l’oiseau. Tant que le secteur n'est pas sécurisé, je ne vous laisserai pas entrer.
La sadida intervint :
- Que se passe-il ?
- Les Bouftous sont toujours ingérables. Depuis que leur chef a migré ici, ils sont irritables et défendent sauvagement leur territoire. Ils protègent leur roi. Et celui-ci est très bien caché.
Sadi-Angélique se tourna vers Adèle :
- Metag ne nous avait pas prévenu.
- C'est sûrement volontaire. En tout cas je dois avouer que moi-même, j'ignorais ce problème. Mais pourquoi Astrub ne fait rien ?
Le gardien des lieux lui répondit :
- Depuis quelques temps, Astrub a ses propres difficultés. Depuis des mois, la ville est envahie de jeunes novices qui ne respectent rien. On ne sait même pas d'où ils sont vraiment arrivés. Vous n'en faîtes pas partie au moins ? demanda-il soudain, l’œil sévère. Je pense notamment à la gamine aux cheveux violets.
- Pas du tout, je viens de la forêt des Abraknydes.
- Mouais.... bon, circulez, y a rien à voir. Revenez demain, la situation sera peut-être réglée.
Elle et sa partenaire retournèrent donc à l'entrée des lieux, et s'assirent sur le rebord de la falaise.
- Du coup, comment allons-nous faire ? demanda Sadi-Angélique.
- J'ai bien une idée, mais c'est très risqué, avoua la pandawa. Avec mon sort Chamrak, je peux te propulser derrière les murailles.
- Quoi ? C'est vrai ?
- Et bien... oui. Mais ça veut dire que tu dois te débrouiller seule. Il faudra aussi que tu sortes par tes propres moyens.
- … Je n'ai aucune idée de ce que je vais trouver derrière. Est-ce une bonne idée ?
- Non. La seule.
- … N'y a il pas moyen de demander de l'aide à l'extérieur ?
- Je suis une fugueuse.
- C'est vrai... et mon maître n'acceptera pas de quitter la forêt. Bon, je suppose que c'est nécessaire pour atteindre un niveau comparable à celui de mon maître alors c'est d'accord.
- Tu as entendu ce que cet... oiseau a dit ? Si il parvient à faire le ménage dans la journée, alors il te suffit de t'infiltrer ce soir pour espérer récupérer une preuve sur le cadavre du Bouftou royal.
- D'accord, je vais essayer.
Et c'est ainsi que Sadi-Angélique et Adèle Scott attendirent la nuit pour agir. Lorsqu'il fit suffisamment sombre, elles redescendirent les marches pour aller se caler du coté de la forêt d'Astrub, car c'était l'endroit idéal pour qu'Adèle se cache en attendant le retour de son amie.
Arrivée prêt des fortifications de Tainela, Adèle utilisa son sort Karcham pour porter Sadi-Angélique. Toutefois malgré utilisation du sort Chamrak, la jeune sadida ne fut pas projetée assez haut.

- Hum... attends.
Sadi-Angélique se délesta de ses éléments Abraknyde particulièrement lourds, conservant seulement son arme. Cette fois, Adèle n'eut aucune difficulté à l'envoyer sur le toit. Sadi-Angélique observa rapidement la situation. L'endroit était désert. Elle remarqua simplement des mouvements de silhouettes du coté Nord du secteur. Elle fit alors apparaître un arbre pour pouvoir descendre sans risquer de se faire mal, ou pire : du bruit.
Tandis qu'elle progressait doucement vers les ombres, elle remarqua quelques cadavres de créatures des champs au stade de décomposition avancée. Apparemment les Bouftous ne s'étaient pas contentés d'investir des lieux vides...
Elle constata bien vite que les Bouftous se terraient dans une espèce de grotte souterraine dont la seule entrée semblait se trouver là où précisément quelques Bouftous montaient la garde.
Sadi-Angélique se dissimula non-loin derrière un buisson.
« Le Bouftou Royal se trouve probablement à l'intérieur. Mais alors, c'est que l’oiseau a échoué ? »
Pour s'en assurer, elle décida de se rendre là où elle l'avait rencontré précédemment, c'est à dire au barrage. Il fallait donc qu'elle se dirige vers l'Est. Elle remarqua que l'entrée entre les fortifications de Tainéla et l'avant-poste était recouverte d'une zone entière d'épais végétaux qui lui rappelaient un peu sa forêt. C'était sans doute parce que le gardien de la zone se trouvait non-loin et qu'il empêchait les Bouftous de paître sur la zone. Ou tout simplement, les effrayait.
La sadida ne se risqua pas dans le périmètre, mais jeta simplement un coup d’œil du coté du barrage. Elle repéra facilement la haute silhouette de l'oiseau. Il était donc bien vivant. Peut-être n'avait-il pas encore attaqué les Bouftous car il avait l'air en forme.
Justement il sortait. Sadi-Angélique se cacha soigneusement. Mais celui-ci ne se dirigea pas vers l'étrange grotte. Au contraire, il stoppa au beau milieu de la zone végétale. Il semblait attendre quelque chose.


[17 maisal 637] Sadi-Angélique n'aurait pas pu dire combien de temps l'oiseau avait passé à attendre. Quand soudain, un individu similaire descendit du ciel et se posa devant lui. Le premier se mit alors à genoux.
- Maître Ganymède. Vous voilà enfin.
- Relève-toi mon brave Altaïr. Je suis désolé d'avoir répondu si tardivement à ta demande. Et pourtant l'affaire est importante...
- Ce n'est rien je comprend tout à fait.
- Résume-moi la situation je te prie.
- Les Bouftous ont envahi votre ancien lieu d’entraînement. Ils ont massacré jusqu'au dernier les plantes qui poussaient ici jusqu'alors. L’écosystème est complètement bouleversé. Sans compter que votre cachette idéale n'est plus...
- Tu as bien fais de m'appeler. Je vais peut-être avoir de nouveau besoin de ce repaire pour former le petit Yakasi.
- Vous pouvez y aller. J'ai isolé le secteur.
Maître Ganymède marqua une courte pause, puis regarda en direction... de Sadi-Angélique !
- Est-ce là l'avis de la jeune sadida que je perçois derrière cet obstacle ?
Atlaïr se dirigea rapidement vers l'endroit indiqué. Pour éviter d'inutiles blessures, l’intrus se révéla de lui-même.
- Toi ! Je t'avais pourtant défendu de passer ! rugit Altaïr. Tu n'es pas digne de croiser la route de Maître Ganymède !
- Allons allons, pas d'affolement. Que fais-tu ici petite fille ?
- Je suis désolé, répondit Sadi-Angélique. Mais je dois absolument rencontrer le Bouftou royal.
- Quelle est la motivation qui gouverne cette lubie ? demanda Ganymède.
- La quête du tour du monde.
- Ah, mais bien sûr... bon et bien vient avec nous.
Altaïr protesta :
- Mais Maître, vous n'y pensez pas ?
Ganymède s'approcha alors et lui souffla quelque chose à voix basse.
- Bon... c'est d'accord, dit enfin Altaïr.
- Parfait parfait. Un conseil jeune donzelle, ne traîne pas. Envol.
Tout à coup, lui et Altaïr se firent pousser suffisamment de plumes pour pouvoir voler, et filèrent en direction de la grotte par la voie des airs. Sadi-Angélique se mit à courir derrière eux.
« Bon sang, mais qui sont ces types ? ».
Arrivée à l'entrée de l'« ancien lieu d’entraînement de Ganymède », Sadi-Angélique vit que le dernier Bouftou présent à l'extérieur venait de s'effondrer. Elle n'avait même pas eu le temps de voir comment les oiseaux en étaient venus à bout. Immédiatement ceux-ci s’engouffrèrent dans la noirceur de la grotte.

- Maître...
À ces mots, Ganymède se mit à briller, afin de dissiper les ténèbres du lieu, révélant d'étranges salles remplies de monstres et de caisses en bois. Sadi-Angélique n'avait vraiment pas intérêt à le perdre.
Bien sûr, les nombreux Bouftous qui dormaient jusqu'ici paisiblement, se ruèrent, troublés, vers la source lumineuse.

- Tornade Pernicieuse, lança Ganymède.
Avec ses ailes, Ganymède généra un mini-tourbillon de vent et de plumes qui s'abattait sans pitié sur ses cibles. Les Bouftous étaient éjectés et assommés contre les murs. Au moins, les deux aigles n'avaient pas besoin de les tuer pour passer.
Ce petit scénario se répéta une bonne dizaine de fois. Aucun Bouftou, si gros soit-il, ne put résister aux attaques dévastatrices de Ganymède. Et ce qui devait arriver arriva.
Une fois au fin fond du petit souterrain, Altaïr, Ganymède, rejoints peu après par Sadi-Angélique, se retrouvèrent face au Bouftou à la couronne.

- Le plus gros, naturellement... commenta Altaïr.
- Brave Altaïr, tu seras peut-être plus efficace que moi face à une créature de cette taille.
- Bien Maître.
Altaïr fit un plongeon en direction du maître des lieux et le pinça violemment avec son grand bec.
- Beco d'Altaïr !
Le Bouftou royal n'avait pas apprécié l'attaque. Toutefois il semblait véritablement plus malin que les autres car il ne se jeta pas sur son assaillant, mais sur Ganymède, qui avait décimé ses confrères.
- Carapace d'Ailes.
Les ailes de Ganymède grandirent encore davantage, suffisamment pour qu'il puisse former une sorte de cocon. Dans ce tas de plumes, le Bouftou royal n'avait aucun intérêt à tenter de mordre son adversaire. Il lui fit alors un coup de tête. Ganymède fut certes légèrement repoussé mais eut l'air de s'en tirer sans réellement de dégâts.
Du coup, Altaïr se retrouvait dans son dos et en profita pour lui pincer la queue. Le Bouftou royal hurla et fit volte-face. Alors Sadi-Angélique, qui voulait quand même mériter sa récompense, se rua sur lui. Elle utilisa son Abraton pour lui porter de multiples coup sur la tête avant que celui-ci n'ait pu réellement réagir. Le Bouftou royal, déjà bien affaibli par les attaques précédentes, s’écroula au sol, assommé.

- Jeune donzelle, je te félicite.
Ganymède et Altaïr mirent fin à leur envol.
- Je l'achève ? demanda Altaïr.
- Je crains que cela ne règle point le problème. Sitôt celui-ci écarté, un autre prendra sa place et... mais, que fais-tu petite fille ?
Sadi-Angélique en effet, était en train de prendre la couronne du Bouftou royal pour la rapporter au maître des clefs.
- J'ai besoin d'une preuve pour ma quête.
- Maître, vous disiez ?
- Excuse-moi l'espace d'un instant. C'est bon fillette, tu as tout ce qu'il te faut ?
Sadi-Angélique, ayant soigneusement rangée la couronne dans son inventaire, répondit que oui.
- Bien. Regarde-moi.
Sadi-Angélique s’exécuta et regarda le rayonnant Ganymède dans les yeux. Tout à coup sa vision se brouilla. Et elle perdit connaissance.

...

Lorsque Sadi-Angélique se réveilla, il faisait jour. Elle se rendit bien vite compte qu'elle était aux cotés d'Adèle Scott, dissimulée derrière une série de bosquets dans la forêt d'Astrub. Derrière elle se trouvaient les épaisses murailles de Tainéla.

- Euh... il s'est passé quoi ?
Sa question eut pour effet de réveiller Adèle Scott.
- Ah, tu es rentrée ! s'écria cette dernière. Alors, tu as réussie ?
- Quoi donc ? demanda Sadi-Angélique.
- Et bien, à trouver le Bouftou royal.
- Mais...
Sadi-Angélique réfléchit. Elle se souvenait effectivement s'être infiltrée dans Tainéla et s'être rendu jusqu'à l'endroit où se situait le drôle d'oiseau. Il était sorti puis... plus rien. Elle ne se souvenait plus de rien. Sadi-Angélique raconta ce qu'elle put à Adèle.
- Il a dû te repérer, déclara Adèle. C'est forcement de sa faute. Il sort, et comme par hasard peu après, tu sembles tout oublier.
- Tu as sans doute raison. Mais alors, c'est un échec. Il va falloir tenter autre chose.
- Vérifie ton inventaire. On ne sait jamais, il a pu en profiter pour se servir.
- Bonne idée.
Sadi-Angélique s’exécuta donc. C'est alors qu'elle mit la main sur... la couronne du Bouftou royal.
- Que... ?
Adèle constata son étonnement puis aperçu à son tour l'objet tant convoité.
- Un échec ? C'est du tout bon championne ! déclara-elle en souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-ailes-dilyzaelle.forums-actifs.com
Sadi-Angélique
Disciple d'Ilyzaelle (disparue)
Disciple d'Ilyzaelle (disparue)
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 6

Fiche de renseignements
Parti politique : Ménalt
Ordre: Oeil attentif
Niveau de spécialisation (sur une échelle de 0 à 100):
44/100  (44/100)

MessageSujet: Re: Sadi-Angélique   Mer 2 Mai 2012 - 16:42

Chapitre 8 : Adèle, Angèle et... ?


[17 maisal 637] Les deux jeunes filles se trouvaient toujours au Nord de la forêt d'Astrub. Le lac de Cania n'était pas très loin. Elles devaient simplement traverser la plaine des Porkass.
Tandis qu'elles marchaient tranquillement, elles se firent soudainement charger par une multitude de Porkass. La marche tranquille devint rapidement un marathon forcé.

- Qu'est-ce qu'on a... encore fait ? demanda Sadi-Angélique tout en courant
- Je sais pas... mais, ça explique... qu'on ait vu encore personne, lui répondit sa partenaire.
Les jeunes filles étaient en train de les distancer, même si Sadi-Angélique était à la traîne à cause de sa panoplie Abraknyde. Soudain les bergers lancèrent leur sort « Koudanlulk » aux montures des cavaliers. Celles-ci se mirent à accélérer fortement, parfois trop en renversant leur cavalier. Ceux qui avaient tenu bond gagnaient désormais du terrain. Sadi-Angélique se faisait rattraper.
- ...
- Il va falloir se battre... Angèle, cria Adèle.
- Comment tu m'as appelée ?
- Angèle. C'est... plus court. Bon alors on s'y met ?
- D'accord.
Adèle et Angèle mirent fin à leur course et se retournèrent.
- Vise simplement les Sangliers. Quand ils n'en auront plus, ils ne pourront pas nous rattraper.
Même si on enlevait ceux qui étaient tombés d'eux-même, six cavaliers chargeaient encore dans leur direction. Mais ils étaient restés groupés. Cela allait être plus facile que prévu.
- Vague à Lame !
- Tremblement !
À force de courir en surveillant ses arrières, la sadida n'avait pas remarqué qu'elles étaient arrivées à proximité du lac. Le sort d'Adèle put de fait profiter de cette réserve colossale d'eau pour créer un ras de marée particulièrement efficace. Le minuscule séisme de la sadida faisait pâle figure à coté. Les cavaliers Porkass furent rapidement repoussés, si ce n'est noyés.
Un seul parvint toutefois à s'en tirer, sans doute était-il suffisamment en retrait pour avoir le temps de se décaler. Seulement maintenant, il s’apprêtait à mettre un énorme coup de massue à la sadida qui ne l'avait pas vu venir. Elle ferma les yeux. Elle les ré-ouvrit lors qu'elle commença à trouver le temps long, et put constater par elle-même que le Porkass s'était immobilisé, et se déplaçait désormais très lentement vers sa cible. Alors Sadi-Angélique décida de lui renvoyer l'attaque qu'elle aurait dû subir grâce à son Abraton. Le dernier cavalier Porkass fut hors-combat. Les bergers, qui se trouvaient plus loin, prirent la fuite.
Sadi-Angélique put enfin rejoindre Adèle Scott.

- Hum, et c'était quoi cette fois-ci ?
La pandawa ne répondit pas tout de suite. Elle fixait le milieu du lac, là où se trouvait une habitation.
- Je ne sais pas trop. Ce n'est pas important, nous sommes arrivées.
- C'est là qu'habite le maître des clefs. C'est parfait, allons-y.
Il y avait un pont à l'Est qui permettait d’accéder à la demeure située sur l'eau. Avec avoir traversé le pont, Adèle Scott frappa trois coups à la porte.
- Entrez.
Les deux jeunes filles s’exécutèrent. Sadi-Angélique découvrit rapidement une pièce assez étroite, simplement composée d'un comptoir, d'une horloge et d'une bibliothèque. Il y avait aussi un escalier.
- Bonjour. Je suis le maître des clefs.
Le maître des clefs en question se résumait à un homme assez jeune de taille moyenne, entièrement vêtu de violet. Il portait aussi un chapeau pointu.
- Nous le savons, répondit aimablement Adèle Scott. Cette jeune fille souhaiterait faire le tour du monde.
- Cette jeune fille a elle la lettre de recommandation de Metag Robill ?
La sadida sortit la lettre de son inventaire. Le maître des clef la déplia.
- Bien... tu as donc réussi à venir à bout de quelques modestes Porkass et Abraknydes.
- Cela explique pourquoi elle s'est faite attaquer, déclara une voix en provenance des escaliers.
Des bruits de pas se firent entendre. Une petite xélor entra alors dans le champs de vision de Sadi-Angélique. Elle était coiffée d'un chapeau ressemblant à celui du maître des clefs, mais noir. Ses vêtements étaient également noirs mais ses gants étaient violets. Ses longs cheveux dégageaient également la même couleur sombre.

- Je comprend mieux, annonça Adèle. C'est toi qui nous a aidé.
La xélor ne répondit pas.
- C'est vrai, continua le maître des clefs. Les Porkass oublient rarement ceux qui s'en prennent à leur congénères. Vous êtes passés par les Tournesols affamés au passage ?
- Vous oubliez le Bouftou royal père, informa la xélor.
- Nous avons effectivement fait les deux, dit Adèle.
- Très bien. Mais dis-moi, tu n'es pas un peu jeune pour faire le tour du monde ? lança le maître des clefs en direction d'Angèle.
- Si. Et alors ?
Le maître des clefs se tourna vers sa fille.
- Didia. Voilà ta chance.
L’intéressée baissa la tête.
- Pardon ? demanda Adèle.
- J'ai trouvé il y a longtemps cette jeune fille dans les plaines de Cania. Mais elle ne peut pas rester ici éternellement. Elle a le même âge que vous mademoiselle, dit-il en direction d'Adèle Scott. C'est rare d'avoir des candidats aussi jeunes. Et des filles en plus. Je souhaiterai qu'elle en profite si vous n'y voyez pas d’inconvénient.
Adèle se tourna vers Sadi-Angélique. Après tout, c'était sa quête.
- Je n'y vois pas d'objection. Mais elle ne semble pas en avoir très envie....
- Oh détrompez-vous, elle ne montre juste pas facilement ses sentiments au début.
La xélor remonta au premier.
- Suivez-là, conseilla son père adoptif. Vous allez faire connaissance. Je vous laisserai passer la nuit ici.
Sadi-Angélique emprunta alors l'escalier à la suite de son amie Adèle. L'étage était légèrement plus étroit que le rez-de-chaussé, mais sans le comptoir, il y avait plus de place. Il y avait aussi deux lits.
- Alors comme ça, toi aussi tu ne connais pas tes parents ? commença la sadida.
- Non, avoua la xélor qui s'assit sur un des lits, sans doute le sien. Mais le maître des clefs m'a appris beaucoup de choses, je ne suis pas triste. Seulement il a raison, je ne peux pas rester ici toute ma vie. À vrai dire, j'aimerai bien me marier.
- Je vois, commenta Adèle. Mais nous ne connaissons toujours pas ton nom.
La xélor sourit, pour la première fois depuis que Sadi-Angélique l'avait rencontré.
- Je me nomme Didia. Didia Mahay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-ailes-dilyzaelle.forums-actifs.com
Sadi-Angélique
Disciple d'Ilyzaelle (disparue)
Disciple d'Ilyzaelle (disparue)
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 6

Fiche de renseignements
Parti politique : Ménalt
Ordre: Oeil attentif
Niveau de spécialisation (sur une échelle de 0 à 100):
44/100  (44/100)

MessageSujet: Re: Sadi-Angélique   Mer 2 Mai 2012 - 17:18

Chapitre 9 : Bataille d'eau


[18 maisal 637] Une chose est certaine : Sadi-Angélique, Adèle Scott et Didia Mahay étaient bien des filles. Elles avaient passées toute l'après-midi et la soirée de la veille à papoter. Et bien sûr, compte-tenu de l'âge des deux dernières, la thématique de l'amour en fut la principale vedette. Il faut dire que les deux nouvelles amies en avaient une conception radicalement différente : Didia Mahay inspirait à un beau mariage avec le grand amour tandis qu'Adèle, entre les hommes de son village natal qui passaient leur temps à boire et les adolescents immatures d'Astrub, n'y croyait pas réellement et de fait ne cherchait pas une relation forcement sérieuse. La sadida était trop jeune pour véritablement participer à ce débat toutefois elle nota beaucoup de choses sur son fameux carnet dès que la xélor s'était mise à partager ses connaissances sur les monstres qu'elles allaient bientôt rencontrer.
Le trio féminin décida de ne pas repartir le lendemain, car il s'était levé bien trop tard. Elles passèrent plutôt leur après-midi à se rafraîchir dans le lac. Lorsque celui-ci arriva à son terme, le maître des clefs quitta enfin son antre pour aller les rejoindre au bord de l'eau. Du moins Sadi-Angélique le croyait-elle.

- Que diriez-vous d'un petit test pour voir si votre groupe est capable d'aller loin ?
Sadi-Angélique avait encore les souvenirs douloureux du dernier test avec son propre maître.
- Contre vous ?
- Non. Mais puisque vous aimez tant l'eau, j'ai pour vous deux adversaires idéaux. Alors, ça vous tente ?
Sadi-Angélique se tourna vers Didia.
- Oh ne t'inquiète pas. Le maître des clefs l'est aussi dans l'art du combat. Si ça tourne mal, il sera là.
Adèle, fidèle à ses origines, était motivée par ce combat aquatique.
- C'est d'accord, conclu Sadi-Angélique.
- Bien.
Le maître des clefs fouilla son inventaire et en sorti deux étranges pierres grises.
- Attention ! lança Didia. Préparez-vous.
Le maître des clefs lança alors les deux pierres dans le lac.
- Bonne chance, lança-il avant de sauter sur le toit pour profiter du spectacle.
Adèle questionna Didia :

- Je reconnais ces objets. C'était des pierres d'âmes. Quels monstres a-il pu invoquer ?
- Aucune idée. Il en a plein, répondit-elle en sortant une baguette, son arme de combat. Mais si les créatures du lot sont aquatiques, elles vont avoir l'avantage.
- N'oublie pas que je viens d'Akwadala.
Adèle se prépara à lancer une Vague à Lame. Sadi-Angélique était embarrassée. Sans terre, impossible de faire surgir la moindre ronce. Elle ne voyait pas comment être réellement utile dans ce combat.
- Les filles, comment je peux me battre moi ? demanda-elle tout en sortant l'Abraton de son inventaire.
Elle n'avait toutefois pas jugée utile de remettre le reste de sa panoplie, préférant des vêtements légers pour pouvoir plus facilement esquiver les attaques.

- Ah c'est vrai, une sadida, s'exclama Didia. Tu sais nager ?
- Pas vraiment.
- Alors avec moi. Je vais soutenir Adèle à distance. Tu sera chargée de me protéger.
Didia toucha Angèle, et se téléporta à coté du maître des clefs, sur la petite surface plane du toit.
- Hé là !
- Désolé père, mais vous prenez les meilleures places.
Finalement le maître des clefs fut contraint de se placer encore plus en hauteur. Sadi-Angélique découvrit qu'il était capable de léviter. Il s'agissait sans doute d'un disciple de Xélor comme sa fille adoptive. Sans les traditionnelles bandelettes toutefois.
Une ombre étrange commença à se former au fond de l'eau. Soudain, une créature rouge surgit et s’apprêta à mordre Adèle.

- Un Pichon rouge, commenta Didia. Ralentissement !
Un cercle magique se forma autour du Pichon. En se resserrant, le Pichon fut comme bloqué en plein vol. Adèle sortit alors de son inventaire une grosse hache, la même que lors de sa rencontre avec Sadi-Angélique, et fendit la tête du Pichon. Mais celui-ci disparut soudainement.
- Une invocation.
En effet, la masse sombre était toujours là et ne se bougeait pas. Puis un second Pichon, bleu cette fois, arriva sur Adèle de la même manière que le précèdent. Il fut de nouveau bloqué par Didia et abattu de la même façon par Adèle.
Cette fois, l'ombre étrange se mit à bouger. Elle commença à faire le tour de la maison du maître des clefs, qui était elle-même circulaire. Une nageoire bleue apparut alors, tandis que la créature effectuait toujours le tour de la bâtisse. On pouvait également apercevoir sa queue à l'arrière.

- Je vois, déclara Didia. Je crois que nous avons affaire à un Raul Mops.
- Je suis du même avis, annonça Adèle qui courait pour ne pas perdre de vue la bête. L'adversaire est bien choisi.
- Mais, il n'y avait pas deux pierres ? demanda la sadida.
À ce moment là, une autre créature plus petite surgit des flots, sauta en prenant appui sur le dos du Raul Mops et tenta d’atterrir sur le toit, à coté de Didia et de Sadi-Angélique. Mais Adèle fit surgir une Vague à Lame qui intercepta la chose en plein vol. Celle-ci fut projeté au fond du lac et disparut de nouveau.

- Une Moumoule, dit Didia. C'est elle notre second adversaire, le Raul Mops ne peut pas invoquer pareille créature.
- Ben, ça promet, lança Adèle d'où elle se trouvait. Un gros balèze, et une petite teigne.
- Je dois avouer que le duo est efficace, répondit Didia tout en lançant un sort d'Aiguille en direction du Raul Mops.
De fines aiguilles apparurent et s’élancèrent vers le dos de la créature. Mais au lieu de le transpercer, celle-ci furent mystérieusement repoussées et l'attaque n'eut somme toute aucun effet.

- Hum, évidement. Bon, je propose que l'on s'occupe d'abord de la Moumoule, proposa Didia.
- On ne la voit plus... lui répondit Sadi-Angélique en observant le lac.
- C'est là toute la difficulté de l'entreprise. Je vais retenir le Raul Mops. Débrouillez-vous à deux pour trouver cette Moumoule.
Mais avant que Didia n'ait eut le temps de ralentir la grosse bestiole, celle-ci invoqua un Pichon orange, mais avec des rayures blanches. Celui-ci fit alors surgir... une vague ! Adèle la contra avec son propre sort.
- Je m'occupe de celle-là, annonça Adèle.
- Euh... je me vois mal battre la Moumoule seule, rétorqua Sadi-Angélique.
- Il faudra bien... pourtant, lui répondit péniblement Didia qui était déjà occupée à bloquer le requin.
Adèle aussi, devait à présent suivre des yeux le Pichon orange qui s'amusait à tourner aussi de la maison pour atteindre Didia avec son attaque. La pandawa devait absolument faire avorter ses tentatives de déstabiliser la xélor car sinon, Raul Mops allait de nouveau pouvoir bouger - et surtout invoquer – librement.
Sadi-Angélique descendit du toit grâce au rebord de la fenêtre du premier étage. Elle ne servait plus à rien aux cotés de Didia. Il lui fallait un plan pour faire sortir la Mouloule de l'eau.
Elle eut une idée. Elle invoqua une Sacrifiée et la jeta dans l'eau, à l'endroit où son adversaire était retombé auparavant. Sa poupée explosa au fond du lac. Mais son invocatrice ne pouvait pas vraiment dire si l'ennemi avait été touché, car l'eau n'était pas suffisamment claire. De plus, le soleil se couchait.
« Je vais bien finir par t'avoir ».
Sadi-Angélique se mit à invoquer rapidement une, deux puis trois Sacrifiées qui s’élancèrent à leur tour dans l'eau pour exploser. Elle répéta l'opération autant que possible. Finalement, la créature semblait contre-attaquer car une Bulle surgit de l'eau et fonça en direction de la sadida. Sadi-Angélique connaissait ce sort, c'était le même que celui-ci de son maître. Elle esquiva.
La Mouloule, avec cette attaque, permettait à Sadi-Angélique d'estimer plus précisement sa position. Six Sacrifiées préalablement préparées s’élancèrent et explosèrent au fond de là où la Bulle avait surgit. Cette fois, l'attaque était sans doute réussie car la Mouloule sortit de nouveau de l'eau, et se posa sur le pont qui permettait d’accéder à la maison du maître des clefs. Sadi-Angélique lui barra rapidement la route. C'était décidément une bien étrange créature, une sorte d'étoile surmontée d'une carapace grisâtre et d'un bandeau rouge qui était troué pour laisser entrevoir ses yeux d'un blanc brillant.

- Hmmm, ça sent la Moumoule frite, commenta le maître des clefs.
En effet son adversaire présentait de légères traces de brûlure, ce qui dégageait une curieuse odeur. Les Sacrifiées avaient bien fait leur boulot. Pour autant la créature avait encore de l’énergie en réserve car elle envoya rapidement de nouveaux sorts de Bulle sur Sadi-Angélique, qui fit tournoyer son bâton pour les repousser, tout en avançant petit à petit vers la créature qui était obligée de reculer pour ne pas se faire attraper. Sadi-Angélique, lorsqu'elle eut un instant de répit, invoqua également une Sacrifiée qui se tenait sur l'une des barrières à coté d'elle.
La Mouloule était parvenue jusqu'à la limite du pont. Dès qu'elle remarqua ce détail, elle tenta de replonger dans l'eau. Sadi-Angélique, qui avait prévu le coup, lui lança alors la Sacrifiée qui explosa alors que sa cible était encore en plein vol. Avec la déflagration, la tentative de fuite de la Mouloule se soldat en échec. Elle fut projeté sur la rive.
Désormais Sadi-Angélique pouvait faire appel à ses ronces. Elle ne se fit pas prier. Elle immobilisa rapidement son adversaire grâce aux Ronces Apaisantes et put enfin la rattraper. La Mouloule, qui semblait avoir besoin de ses bras pour diriger correctement son sort, ne pouvait plus attaquer. Grâce à l'Abraton, Sadi-Angélique fendit sa coquille en deux. Puis une Sacrifiée vint achever l'espèce de corps visqueux qui se cachait à l'intérieur.
Sadi-Angélique rejoignit son groupe. La situation demeurait inchangée, c'était à elle d'agir. Elle pris son courage à deux mains et sauta sur le dos du Raul Mops, qui tentait toujours de se libérer de l'emprise du sort de Didia. Sans sa lourde panoplie, c'était en fait assez facile pour elle. Et puisque celui-ci semblait repousser les sorts magiques infligeant des dommages, la jeune sadida le frappa à la tête à plusieurs reprises avec son d'Abraton.
Didia cessa son ralentissement. Le Raul Mops coula. Sadi-Angélique rejoignit rapidement le ponton de bois, invoqua deux Sacrifiées et les lança là où le Raul Mobs avait coulé. Suite à l'explosion sous-marine, le Pichon rayé disparut. Elles avaient réussies.

- Yeah ! lança Adèle.
- Beau travail d'équipe, félicita le maître des clefs en redescendant. Vous avez su adopter une stratégie tout à fait raisonnable. Venez, vous avez bien mérité votre dîner.
Mais les combattantes ne rentrèrent pas tout de suite. Angèle rejoignit Didia sur le toit grâce au sort d'Adèle, puis cette dernière grimpa par ses propres moyens. Et toutes trois profitèrent du coucher de soleil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-ailes-dilyzaelle.forums-actifs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sadi-Angélique   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sadi-Angélique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» VENDS VELO ET COMBINAISON FEMME
» D2F pierrelatte
» Triathlon de St Cyr en Vienne le 09/05/09
» Heei !!!
» bon anniversaire goten64 et Angélique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les ailes d'Ilyzaelle :: La bibliothèque :: Les plumes de l'ange-
Sauter vers: